Biographie

 

photo: Jean-Claude Coutausse
photo: Jean-Claude Coutausse

Né en 1962 à Clamecy, dans la Nièvre, Arnaud Montebourg est avocat de formation, entrepreneur, et membre du Parti Socialiste depuis 1981.

Avocat au Barreau de Paris, ancien secrétaire de la conférence, il défend, en 1993, devant la Cour d’Assises de Paris, Christian Didier, assassin de René Bousquet, ancien chef de la police de Vichy. Il défend et obtient, en 1995, devant la Cour de cassation la réhabilitation de Christine Villemin, la mère du petit Gregory assassiné. Il est, également en 1995, l’avocat de l’Association de Défense des Contribuables Parisiens qui obtient du Procureur de la République de Paris le déménagement du Premier Ministre de l’époque, Alain Juppé.

Elu député de Saône-et-Loire (Bresse Val de Saône) en 1997, il siège à la Commission des lois. Il conduit en 1998 une commission d’enquête sur l’activité et le fonctionnement des tribunaux de commerce, puis de 1999 à 2002, une mission d’information parlementaire consacrée à la lutte contre le blanchiment d’argent en Europe. En 2001, il fonde la Convention pour la 6e République (C6R) dont il est aujourd’hui le président d’honneur.

Réélu député en 2002, il défend le non au Traité constitutionnel Européen en 2005. En 2007, il est le porte-parole de la campagne de Ségolène Royal, candidate investie par le Parti Socialiste pour l’élection présidentielle.

Réélu pour la troisième fois aux élections législatives de juin 2007, il est alors nommé premier vice-président du groupe Socialiste, Radical et Citoyen à l’Assemblée Nationale.

Président du Conseil général de Saône-et-Loire depuis mars 2008, il a mis en œuvre un plan de sauvetage financier du département évitant sa mise sous tutelle par l’Etat. En 2008, Martine Aubry le nomme secrétaire national chargé de la Rénovation du Parti Socialiste. En juillet 2010, le PS adopte le texte de la Convention sur la Rénovation qu’il a présidée et décide d’organiser les primaires ouvertes et populaires qui désigneront le candidat socialiste à l’élection présidentielle de 2012.

En novembre 2010, il déclare sa candidature aux « primaires citoyennes », prévues en octobre 2011. Dans son livre programme « Des idées et des rêves », il jette les bases d’un nouveau modèle économique. 2,66 millions d’électeurs votent au 1er tour des primaires, le 9 octobre 2011. Arnaud Montebourg crée la surprise en arrivant à la 3e place (17,2% des suffrages). Dans la campagne du candidat socialiste à la présidence de la République, François Hollande, il est son représentant auprès des territoires qui subissent de plein fouet la désindustrialisation.

François Hollande, Président de la République Française, sur la proposition de son Premier ministre Jean-Marc Ayrault, nomme Arnaud Montebourg, ministre du Redressement Productif, le 16 mai 2012.

Arnaud Montebourg qui ne s’est pas représenté à la députation en Saône-et-Loire aux élections législatives de juin 2012, démissionne du poste de Président du Conseil général de Saône-et-Loire et redevient simple conseiller de ce département.

En avril 2014, Arnaud Montebourg prend la tête du Ministère de l’Economie, du Redressement productif et du Numérique du gouvernement de Manuel Valls. Il y mène une politique offensive de réindustrialisation au service de la protection des intérêts stratégiques du pays. Attentif au redémarrage de la croissance en France comme dans le reste de l’Europe, il porte une vision économique équilibrée entre stimulation de l’offre, stimulation de la demande et réduction des déficits publics.

En août 2014, en accord avec le Premier ministre, il met fin à ses fonctions ministérielles.

A l’automne 2014, il suit le « Advanced Management Program » dispensé par l’Institut européen d’administration des affaires (INSEAD) et fonde au début de l’année 2015 son entreprise « Les Equipes du Made in France » à travers laquelle il prend des participations dans différentes start-up promouvant l’innovation Made in France. Il entre au Conseil de surveillance de l’entreprise Habitat, devient Président du Conseil de Surveillance de la société NewWind et participe au Comité d’Orientation Stratégique de la société Talan.

Au printemps 2016, à l’occasion de la traditionnelle ascension du Mont Beuvray, il lance un appel à contribuer à la construction d’un nouveau projet pour la France, porté par la plateforme numérique contributive « Le Projet France ».

En août 2016, à la Fête populaire de Frangy-en-Bresse, il annonce en toute liberté et indépendance sa candidature à la Présidence de la République française.